I S A B E L L E     B O N N A D I E R
Conception : Jérôme BON

Extraits de presse


(Chorus)

La Marseillaise 27 octobre 2005 - Texte : Gisèle Laval - Photo : Sylvie Carenco

 

 

 

(La Marseillaise lundi 22 novembre 2005)

Francis Chenot, « Une autre chanson », N° 114 décembre 2005-janvier 2006

Soprano spécialisée dans les airs classiques, la Marseillaise Isabelle Bonnadier rêvait de chanson française. C’est fait – et fort bien fait – avec les Fêlures, vertiges et autres fredaines de cet album « Velen » qui a notamment bénéficié de la complicité de Laurent Desmurs, le pianiste de Jacques Bertin dont Isabelle reprend la Barcarolle. Comme elle reprend Le Grand duc de Bernard Dimey et le Bozo de Félix Leclerc. Elle investit aussi la poésie avec Eluard, Cocteau et Queneau, Schiller et Louise de Vilmorin. Et signe elle-même les paroles du Cabaret des chimères (où «il est permis de chavirer/Loin des roulis de l’âme amère ») et d’En moi le fou » : « En moi le fou a fait son nid/Au creux de l’insomnie/Lui le passager clandestin/Des terreurs du petit matin ». Pour les musiques, des compositions d’Isabelle mais aussi des emprunts à Schubert, Kurt Weill, Erik Satie et Astor Piazzola.

 

Philippe Gueit, pianiste, organiste, musicologue, chroniqueur musical (Radio Dialogue)

 … On connaît bien cette soprano qu’on peut entendre dans notre région – pas assez souvent à notre gré ; ici elle a mené un concept tout à fait passionnant : un récital pour voix et un ensemble instrumental  limité à trois interprètes qui jouent des instruments différents. On va trouver sur le disque des accompagnements au tympanon, à l’accordéon diatonique, à la flûte pour Gilles Raymond ; Alain Territo joue quant à lui la contrebasse et le bandonéon, tout ceci sur des arrangements de Laurent Desmurs qui joue également du piano et pour un disque qui s’écoute d’un bout à l’autre sans faiblir tant il montre une variété de climats et d’inspiration.

Le terme de variété convient pour ce choix tout à fait éclectique et également pour une optique où la voix est captée d’assez près finalement et où on a parfois des nouvelles lectures d’œuvres du répertoire. On a également des œuvres d’Isabelle Bonnadier elle-même – je vous laisse le soin de les découvrir…   

 

 

Jean-Claude Alérini, A Fleur de Mots » N° 30, Lyon novembre-décembre 2005

« Musicalame », la librairie musicale lyonnaise, a offert un bon et beau moment en permettant à Isabelle Bonnadier de présenter son nouvel album que l’on aimera très certainement « A la folie »… Venant du lyrique, Isabelle livre quelques chansons à elle (dont En moi le fou), quelques textes mis en musique par elle (dont Le Grand duc de Bernard Dimey), interprète les chansons d’autres (dont Bozo de Félix Leclerc)… Une belle voix, des arrangements signés Laurent Desmurs (pianiste arrangeur de Jacques Bertin), deux autres très bon musiciens dont Gilles Raymond (vous le connaissez… un chantiste d’Entre 2 Caisses) et une ambiance, un style qui s’équilibre entre la chanson et les mélodies à la Poulenc ou Fauré…

Jean Dupart, "Arts et Métiers Magazine", avril 2006

« Pas de clivage entre "grande" et "petite" musique : tel est le pari, telle est - grâce à ce disque et au récital qui l'a précédé - la réussite d'Isabelle Bonnadier.Celle-ci, qui a fait de solides études au conservatoire de Marseille et à la faculté d'Aix-en-Provence, chante (soprano), joue la comédie, se passionne pour la poésie et pratique un savoureux mélange des genres. Elle puise aux meilleures sources les éléments de base de ses arrangements : chez Weil, Satie, Auric, Schubert, par exemple. Avec trois instrumentistes, elle redonne ici à la chanson - genre trop souvent submergé par la niaiserie - ses lettres de noblesse et sa raison d'être »  


Voir aussi la page [Evénement] et [Discographie] .